A signaler

Samedi 25 Novembre - 10:00 - 18:00
salle des fêtes
MARCHE DE NOEL
Samedi 25 Novembre - 14:00 - 18:00
Maison de Retraite Zimmermann
MARCHE DE NOEL
Dimanche 26 Novembre - 17:00 - 19:00
chapelle du couvent St Michel
CONCERT DE NOEL
Vendredi 01 Décembre - 08:00 - 18:00
Ets Stempfler, horticulteur à Issenheim
Marché de Noël chez Stempfler
Samedi 02 Décembre - 10:00 - 17:00
Maison de Retraite St Antoine - Couvent d'Issenheim
MARCHE DE NOEL
Dimanche 07 Janvier - 17:00 - 19:00
chapelle du couvent St Michel
CONCERT DE NOEL
Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

 

    
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

 

Marc JUNG, Maire d'Issenheim

Madame, Monsieur, Chers concitoyennes et concitoyens,

L’Etat a annoncé en début d’année qu’il avait opté pour notre commune pour l’installation de la nouvelle maison d’arrêt départementale.
Cet établissement pénitentiaire ne devait voir le jour qu’à l’horizon 2016, mais le dossier a connu une soudaine accélération en raison de son intégration au plan de relance économique. Tout est donc allé très vite, suscitant questions et inquiétudes légitimes. C’est pourquoi je tenais, à travers cette lettre d’information, à vous faire part de tous les éléments dont nous disposons pour l’instant et à préciser la position de la commune.


Le conseil municipal a fait le choix d’approuver l’étude de faisabilité qui dira si, oui ou non, cet établissement sera construit à Issenheim. La commune n’est pas demandeuse, ce n’est pas elle qui a souhaité accueillir la prison, mais nous ne sommes pas, a priori, opposés à ce projet. Celui-ci peut en effet apporter de réels bénéfices à Issenheim : il s’agit d’un projet structurant, créateur d’emplois et créateur d’activité pour nos entreprises locales. Et puis, tout le monde s’accorde à dire que les conditions de détention dans les établissement pénitentiaires de Colmar et Mulhouse sont indignes, qu’il faut une mise aux normes des conditions d'incarcération. En donnant un avis favorable au projet, le conseil municipal a fait un geste citoyen et exprimé sa volonté d’agir, concrètement, pour humaniser les conditions de vie des détenus.

Toutefois, la délibération du conseil municipal n’est pas un chèque en blanc signé à l’Etat. Elle pose plusieurs conditions :

une bonne intégration paysagère de la prison et le respect des sites. Sur ce point, des progrès ont été faits : de nouveaux terrains ont été proposés afin que la prison soit plus en retrait du vignoble et entourée d’arbres ; des terrains qui, de plus, sont d’une qualité agricole moindre que celle du premier site choisi par l’Etat ;

de réels efforts de l’Etat pour résoudre la problématique des transports, faciliter l’accès des familles et le travail des acteurs sociaux. Il ne s’agit pas de mettre en place une simple navette entre les gares de Mulhouse et Colmar et la prison, mais une véritable offre de transport qui profitera aussi aux habitants ;

la garantie que la gendarmerie locale pourra continuer à assurer ses missions de base et ne sera pas accaparée par les tâches inhérentes au fonctionnement de la prison (transfèrements...). Si les réponses apportées par l’Etat sont satisfaisantes, la commune approuvera le projet de construction. Si ce n’est pas le cas, si l’Etat ne tient pas ses engagements, elle n’hésitera pas à exprimer son désaccord.

Ces réponses devraient nous être données à l’automne, au terme de l’étude de faisabilité. D’ici là, nous travaillons, avec les différents acteurs, au sein de la commission de concertation, afin que tous les points de vue puissent s’exprimer et faire en sorte que ce projet, s’il devait se concrétiser, réponde de façon satisfaisante à nos demandes.

Marc Jung, Maire d’Issenheim 

 

Un consensus des élus

 

Reunion ComComm du 27 mars 2009 - Bockel, Jung, Sordi.. Reunion ComComm du 27 mars 2009 - Bockel, Jung..

 

La réunion qui s’est tenue le 27 mars 2009 en présence de Jean-Marie Bockel, du préfet, du sous-préfet, du procureur général, des membres du ministère de la Justice, de la sénatrice Catherine Troendlé, des députés Arlette Grosskost, Michel Sordi et Eric Straumann, a permis de réunir les maires désireux de s’informer sur le projet de prison à Issenheim. Ils étaient environ une vingtaine, venus de la région de Guebwiller, mais également des communes avoisinantes. Ils ont pu ainsi en apprendre plus sur le principe de la prison, un principe qui ne pose pas de problème. Il s’est d’ailleurs dégagé un consensus sur le principe de l’étude de faisabilité sur notre commune.

 

Ce qui s’est passé depuis janvier 2009

• Janvier 2009

L’Etat annonce par la presse que notre commune a été retenue pour accueillir le nouveau centre pénitentiaire départemental destiné à remplacer les prisons vétustes de Colmar et Mulhouse.

• 27 février

Le conseil municipal émet un avis favorable à la création de cette prison, sous condition, et se réserve le droit de faire des propositions au fur et à mesure de l’avancement du projet.

• Début mars

Création d’un collectif d’opposition réunissant des viticulteurs, agriculteurs, hôteliers, restaurateurs et des personnes du territoire.

• 27 mars

Le Maire provoque une réunion au siège de la Communauté de Communes afin que les élus puissent être informés sur le projet. Sont présents à cette réunion les élus du territoire et les représentants de l’Etat. Elle se déroule en présence de Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la défense et aux anciens combattants. La décision est prise de mettre en place une commission de concertation composée d’élus des communes concernées et de représentants du monde agricole et viticole.

• 8 avril

Première réunion de la commission de concertation. Deux nouveaux terrains susceptibles d’accueillir cet établissement pénitentiaire sont présentés à ses membres. Seule réserve, celle des représentants du monde agricole qui s’abstiennent lors de cette concertation. Marc Jung souhaite proposer aux représentants des associations de visiteurs de prison de siéger au sein de la commission qui se réunira une fois par mois.

• 15 avril

Le conseil municipal a reçu les représentants des associations de visiteurs de prison, des familles et des aumôneries, pour s’informer de la situation dans nos centres de détention et mieux comprendre les problématiques humaines liées à ce projet. Marc Jung a proposé aux représentants des associations de visiteurs de prison de siéger au sein de la commission qui se réunira une fois par mois.

mairie d'Issenheim

Quels avantages pour Issenheim et le territoire ?

Le projet présenté par le ministère de la Justice fait apparaître différents avantages pour notre commune et le bassin de vie. L’Etat a pris plusieurs engagements que la commune entend bien voir respectés.

• Des emplois

La prison représente une entreprise forte de quelque 300 emplois. Dans un premier temps, ces emplois seront occupés par les personnels transférés des prisons de Colmar et Mulhouse mais, au fil des années, il y aura des embauches et des gardiens venant s’installer sur le territoire et donc de nouveaux habitants pour nos communes. Une prison, ce sont aussi des missions remplies par des personnes qui n’appartiennent pas au ministère de la Justice (cuisine, blanchisserie...). L’Etat a annoncé ainsi la création de 70 emplois, avec une priorité d’embauche pour les habitants et a promis une formation pour ces personnes.

• De l’activité pour nos entreprises

L’entretien, la maintenance des installations d’une prison nécessitent l’intervention de professionnels divers. Ce sont autant de potentialités de marchés pour les entreprises locales qui pourront participer aux appels d’offres du ministère de la Justice. L’Etat s’est engagé par ailleurs à ce que les achats liés à la vie quotidienne des prisonniers se fassent localement. Cela concerne toutes les fournitures que les détenus doivent acheter en prison pour subvenir à leurs besoins (hors repas, fournis par l’Etat) : livres, papeterie, articles d’hygiène, etc. La prison va de plus générer la venue de personnes (familles, avocats...) qui, pour certaines, profiteront des commerces locaux (restauration, hôtellerie...).

• Une desserte améliorée

La commune attend de l’Etat qu’il mette en place une véritable desserte de la prison, en aménageant les transports existants (déviation des lignes de bus...) et en créant de nouveaux moyens (renforcement des lignes de bus régulières, navettes ferroviaires depuis la gare de Bollwiller, réouverture de la ligne SNCF Bollwiller- Guebwiller...). Cette desserte améliorée bénéfi cierait également aux habitants d’Issenheim et de la communauté de communes.

• Des services de santé renforcés

Parmi les engagements de l’Etat figure également un recours aux professionnels de santé locaux (médecins, infirmières...), à travers un conventionnement.

 

Quels inconvénients possibles ?

• Une atteinte aux paysages ?

Le premier site retenu par le ministère de la Justice se situait en bordure de la RN 83, au niveau de Bergholtz. Les autres sites proposés depuis se trouvent : - l’un à l’est de la RD 83, près de la route de Raedersheim ; - l’autre sur la droite du 430 en venant de Mulhouse et en allant vers Guebwiller, en face de l’Aire d’Activités du Florival. Ces terrains sont situés plus en retrait du vignoble et du Bollenberg. Ils sont de plus entourés d’arbres, ce qui réduirait l’impact visuel du bâtiment sur les paysages.

• La disparition de bonnes terres agricoles ?

La construction de la prison entraînera en effet la disparition d’une quinzaine d’hectares. Le premier site concernait des terres d’excellente qualité agricole ; les deux nouveaux terrains proposés sont eux d’une moins bonne qualité.

• Des problèmes d’insécurité ?

Il existe des phénomènes de parloirs sauvages, mais ils concernent des prisons situées en pleine ville. Une prison bâtie en pleine campagne ne suscitera donc pas ce type de désagrément. De même, l’ensemble des questions liées à la sécurité et à la cohabitation font partie des réponses données par l’Etat dans les nouveaux établissements pénitentiaires. Cette question est d’ailleurs présente dans les conditions d’accord fixées par notre conseil municipal.

Plan de situation

plan de situation

 

A quoi ressemblera le centre de détention ?

Les centres de détention construits actuellement font l’objet d’une étude paysagère et d’un projet architectural qui permettent d’intégrer le bâtiment à son environnement. Les exemples de projets d’Annoeullin et de Nantes ci-contre montrent des bâtiments guère différents de locaux industriels ou commerciaux, et leur intégration paysagère apparaît d’une qualité supérieure à celle de zones industrielles telles que l’on peut en voir le long de la RD 83.

 

Projet de Nantes Projet d'Annoeullin

 

Les étapes à venir

L’étude de faisabilité est en cours et devrait s’achever à l’automne. Si elle conclut en tenant compte de nos suggestions que la prison doit se faire à Issenheim, l’Etat, dans un premier temps, élaborera un avant-projet. Il lancera ensuite une démarche d’information, des réunions publiques, afin de présenter ce projet. Son objectif est d’avoir un permis de construire fin 2010 pour une période de travaux d’environ deux ans....


Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine