Imprimer

Concernant le dossier du projet d’implantation de la prison départementale à Issenheim, Monsieur le Maire porte à connaissance du conseil municipal le communiqué qu’il a rédigé à son attention ainsi qu’à celui de tous les citoyens de la commune :


« Mesdames, Messieurs,
L’A.P.I.J. vient de me confirmer que l’étude de faisabilité pour l’implantation de la maison d’arrêt départementale sur le territoire de notre commune est maintenant terminée et qu’elle conclut à l’impossibilité technique de réaliser cette opération sur notre territoire.

En conséquence et pour ces raisons techniques, la prison ne se fera pas à Issenheim. Bonne ou mauvaise nouvelle, à chacun d’en juger…

En tout état de cause, je voudrais ici remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui, pour ou contre cette idée, se sont honnêtement impliqués dans le débat et ont cherché le dialogue.

Je tiens également à remercier l’État et en particulier Monsieur Jean-Marie BOCKEL pour leur parole tenue en ce qui concerne le premier terrain d’implantation, seul apte techniquement, mais non retenu suite à l’engagement pris envers les viticulteurs et les agriculteurs du Florival lors de la première rencontre avec les élus.
Malheureusement, je ne puis non plus oublier celles et ceux qui s’en sont pris aux personnes, à ma famille, à mes biens… Ceux qui ont agité le chiffon de la peur, de l’exclusion, du rejet, du mensonge et de la haine.

Les opposants systématiques à tous les projets dont le rôle n’est surtout pas de proposer, les défenseurs des bonnes causes… à condition qu’elles soient loin de chez eux…
Celles et ceux qui ont saisi ce prétexte pour servir d’autres buts, celles et ceux qui ont systématiquement refusé de s’informer ou simplement d’écouter…

Je crois sincèrement que ce sujet des prisons dans notre département est un sujet grave qui mérite un vrai débat, une réflexion et un dialogue de fond, certains, encore une fois pour ou contre, s’en sont montrés capables, d’autres…

Je forme ici, à titre personnel, mais également j’en suis sûr avec l’ensemble des membres de notre Conseil Municipal, des vœux concernant ce dossier, à savoir tout d’abord qu’une solution soit trouvée dans le Haut-Rhin pour régler le problème de vétusté des maisons d’arrêt de Colmar et Mulhouse.

Ensuite, que cette période qui vient de s’écouler, marquée de divergence sur le sujet, reste celle d’un débat légitime et non pas celle creusant des fossés entre les hommes et les femmes de notre territoire.

Merci à vous tous. »