A signaler

Samedi 25 Novembre - 10:00 - 18:00
salle des fêtes
MARCHE DE NOEL
Samedi 25 Novembre - 14:00 - 18:00
Maison de Retraite Zimmermann
MARCHE DE NOEL
Dimanche 26 Novembre - 17:00 - 19:00
chapelle du couvent St Michel
CONCERT DE NOEL
Vendredi 01 Décembre - 08:00 - 18:00
Ets Stempfler, horticulteur à Issenheim
Marché de Noël chez Stempfler
Samedi 02 Décembre - 10:00 - 17:00
Maison de Retraite St Antoine - Couvent d'Issenheim
MARCHE DE NOEL
Dimanche 07 Janvier - 17:00 - 19:00
chapelle du couvent St Michel
CONCERT DE NOEL
Novembre 2017
L Ma Me J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

 

    
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

10 juillet 1892

La catastrophe de Benfeld

Extrait de l'oeuvre "Histoire d'Issenheim" - de Michel HAERING


Le 10 juillet 1892 est une belle journée estivale. La veille fut posée la première pierre du barrage du Lac de la Lauch.

La Fanfare d'Issenheim, fondée en 1874, entreprend ce dimanche une excursion qui doit la conduire à Benfeld en Basse-Alsace.benfeld

Cette destination ne fut décidée qu'en tout dernier lieu, la ville de Munster dans le Val de Saint-Grégoire ayant longtemps tenu la corde. Il n'en sera pas ainsi !

Tôt le matin, avant de quitter Issenheim, les musiciens assistent à la première messe. Accompagnée par quatre membres d'honneur, dont l'adjoint Antoine GROETZ, la fanfare composée de 32 personnes, défile à travers le village, avant de rejoindre la gare de Merxheim.

A 9h30 le train arrive à Benfeld. Une heure plus tard, devant l'hôtel de ville et les autorités locales, nos musiciens offrent quelques extraits de leur répertoire. Puis, pour le repas de midi, ils rejoignent le restaurant "Zum Hirschen", où un délicieux riesling de Wolxheim favorise la bonne ambiance.

Après le déjeuner, quelques airs sont interprétés en l'honneur de l'aubergiste. Le trésorier de l'association, M. André MARCK, profite de cet instant pour s'éclipser et rendre visite à une cousine, soeur enseignante à Benfeld.

Entre-temps, les autres membres de la fanfare se rendent à la célèbre institution du Docteur SIFFERMANN, puis répondent à une invitation du Café Wintenberger.

Vers cinq heures du soir seulement, ils prennent la décision d'entreprendre une partie de canotage sur l'Ill voisine. Des bateliers locaux leur proposent deux barques, visiblement en mauvais état, de cinq mètres de longueur, sur lesquelles les musiciens prennent place.

Rapidement les embarcations prennent l'eau. Deux garçons de 14 ans sont occupés à les vider. Insouciants, les membres de la fanfare se décident à interpréter quelques morceaux. Après trois airs de musique, ils constatent qu'une des barques s'enfonce petit à petit dans l'Ill. Il est alors 18h30.

En un instant, tout le monde se retrouve à l'eau. Sauve qui peut ! Des bons nageurs, d'anciens marins même, vont y laisser leur vie.

Les mains tendues, à la recherche de vains secours, un combat souvent désespéré s'engage en cet endroit où le cours d'eau atteint une profondeur de 6 à 7 mètres.

A sa quatrième tentative, le chef Philippe GEIGER réussit enfin à s'agripper à une des barques. Pendant ce temps, Victor LOESCH sauve cinq de ses collègues de la noyade. STRICH récupère son frère et SUTTER deux de ses camarades.

Le jeune TSCHOEBERLE, âgé de huit ans à peine, est sauvé par des amis, pendant que son père agrippé à la grosse caisse, regagne au plus vite la rive.

La tentative de réanimation que le D, SIFFERMANN pratique sur l'adjoint au maire GROETZ demeure sans succès. Seul le forgeron MIESCH est sauvé de la sorte. Charles PREVOT doit la vie sauve à la sage-femme de Benfeld et Emile STRICH l'aîné, à une demoiselle de passage. Malheureusement onze victimes seront retirées de l'eau.

Par la voie télégraphique, le curé de Benfeld s'empresse de prévenir les autorités d'Issenheim. Les secours aux survivants se poursuivent. Aux alentours de 20 h, le trésorier MARCK reconnaît officiellement les corps des 11 malheureux, dont les dépouilles sont ensuite conduites à l'hôpital de Benfeld.

Le lendemain matin, le maire d'Issenheim, M. Gaston HILTENBRAND, accompagné du vicaire de la paroisse Saint-André, l'abbé Joseph FURSTOSS, se rendent à Benfeld.

Dès leur retour à Issenheim, dans l'après-midi du 11 juillet, le maire convoque une réunion extraordinaire du conseil municipal.benfeld

La commune décide de subvenir aux frais d'obsèques.

Ce même lundi, vers 21 h après un bref office à l'église de Benfeld, les onze cercueils prennent la direction d'Issenheim. Mardi le 12 juillet à 17 h 30, les corps des musiciens défunts sont amenés à Issenheim. Leurs cercueils sont alignés dans la rue de Rouffach. Quel spectacle de désolation !


A 18 h, le cortège funéraire est constitué. De nombreuses associations locales ou extérieures viennent en ces heures cruelles, témoigner leur peine et leur soutien. Derrière une importante représentation du clergé, les sapeurs pompiers d'Issenheim portent les cercueils dans l'ordre suivant :


1. SANDMANN Joseph, ouvrier d'usine, âgé de 21 ans, célibataire
2. BAUMGRATZ Jean-Baptiste, ouvrier d'usine, 18 ans, célibataire
3. GROETZ Antoine, agriculteur, 49 ans, père de 5 enfants
4. LALLEMEND Joseph, contre-maître, 34 ans, père de 3 enfants
5. ZIMMERLE Joseph, 27 ans, père de 2 enfants
6. ROESCH Jacques, surveillant d'usine, 45 ans, père de 9 enfants
7. KELLER Auguste, ouvrier d'usine, 27 ans, père d'un enfant
8. SENGEISEN Joseph, aubergiste et entrepreneur, 56 ans, père de 5 enfants
9. STEMPFLER André, menuisier, 49 ans, père de 6 enfants
10. TOSCH Auguste, 21 ans, célibataire
11. BEREUTER Ernest, 19 ans, célibataire

Ces deux derniers, originaires de Raedersheim, seront enterrés dans leur village.

Les funérailles sont célébrées par l'abbé Alphonse ROELLINGER, curé d'Issenheim. Son discours est particulièrement émouvant. Après la messe, le cortège se rend au cimetière. L'adjoint GROETZ est inhumé dans la tombe familiale. Les huit autres cercueils sont regroupés et ensevelis dans des tombes situées en un même périmètre. Une stèle y rappelle aujourd'hui encore, la mémoire des 11 disparus de Benfeld.

Le 15 juillet déjà, est créé un comité de secours. Il lance aussitôt un appel pour la collecte de dons en faveur des familles victimes de la catastrophe.

A Issenheim, 7 veuves et 31 orphelins pleurent les leurs. Partout alors sont organisés des concerts et des collectes en leur faveur. Dans toute la région, à l'étranger même; jusqu'en Amérique on se mobilise pour faire oeuvre de solidarité.

Monsieur le curé ROELLINGER se multiplie pour consoler et secourir les familles endeuillées. Il crée un comité chargé d'aider les veuves et les orphelins. Les sommes recueillies, environ 60 000 Francs, permettent le versement régulier d'une allocation aux familles des victimes. Les orphelins bénéficient, jusqu'à l'âge de 16 ans, d'une subvention régulière.


Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine