Imprimer

Réoccuper un espace autrefois vivant 

 


Extrait du "DNA" du 22 janvier 2012


 

reoccuper-un-espace-autrefois-vivant

La salle des colonnes, inscrite à l'inventaire des Monuments historiques.

Marc Jung, maire d'Issenheim depuis l'été 2005 et président de la communauté de communes de la région de Guebwiller, rappelle qu'après la liquidation judiciaire de l'entreprise Caulliez-France, dernier propriétaire de l'usine, « la commune a acheté préventivement la friche, proche du coeur du village et qui avait un cachet indéniable, avec notamment la façade classée à l'inventaire des Monuments historiques, pour qu'aucun promoteur n'y dicte sa loi.

L'opération a été rendue possible grâce à un prêt sans intérêt de 300.000 € consenti par le Conseil Général... somme pour laquelle nous avons revendu il y a deux ans la friche à Select Immo, la société dirigée par Alain Rombaux, »
« Plusieurs pistes pour son occupation, notamment celle de l'installation d'un pôle des métiers des arts du feu autour de l'IEAC, ont été étudiées, des investisseurs se sont proposés sans nous convaincre, avec des projets de lotissements ou encore une centrale de vente de véhicules d'occasion. »

« Dans la proposition faite par Alain Rombaux, souligne le premier édile, c'est l'idée de mixité qui a séduit les élus; mixité entre habitat et PME, entre zone d'activités artisanales et espaces de loisirs ainsi que l'intégration de l'ensemble dans la commune. Cette idée de réoccupation d'un espace autrefois vivant et délaissé depuis près d'une décennie marie l'économie et l'habitat, sans tracer de frontière trop marquée...

Afin que le promoteur puisse mener son projet à bien, il a fallu modifier le PLU, puisque la zone excluait la possibilité d'y créer des logements (dix lofts sont prévus, ndlr). L'enquête publique est en cours et l'ensemble des administrations a déjà donné un avis favorable ; le vote du conseil municipal interviendra dès ce printemps. »

« Alain Rombaux connaît la problématique locale »

Pour les élus, le passé du repreneur a également été d'un poids décisif, rappelle Marc Jung. « Alain Rombaux est Mulhousien, il habite dans le Florival, il connait la problématique locale. Et dans son métier de promoteur, d'aménageur, il a quelques belles réussites à son actif, notamment la restructuration des 27.000 m2 de l'ancienne caserne mulhousienne Drouot, unanimement saluée.

Son équipe a un vrai savoir-faire, des idées... et un carnet d'adresses!

L'aménagement du site Gast va se dérouler sur plusieurs années et ce sera un vrai quartier, vivant et intégré à la commune. Et pour parer à toute éventualité, la commune s'est gardée, contractuellement, un droit de regard et de veto à chaque étape du processus. »

B. FZ.