Le village en images

  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images

Infos utiles

Mairie d'Issenheim
2 rue de rouffach
Tél 03 89 62 24 30
Fax 03 89 62 24 31

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Index de l'article
La motte féodale d'Ostein
Le site d'Ostein
La chapelle d'Ostein
Le village d'Ostein
La famille d'Ostein
Ostein vers 1672
Kilbe d'Ostein en 1715
Procès-verbal de la visite du château d'Ostein
La lente agonie du hameau
La triste fin de l'église Saint Barthélemy
S'Geischterbargala
Toutes les pages

S'Geischterbargala

Au début du siècle dernier, Ostein a disparu sans laisser de traces visibles. Mais à chaque pas, le soc de la charrue y rencontre des murs de fondations, des tuiles ou des sépultures en pierres. Beaucoup de ces tombes paraissent dater de l'époque mérovingienne. Au dire des anciens du village, ils recelaient des guerriers francs d'une taille colossale. Nombre de ces tombeaux serviront d'abreuvoirs aux bestiaux d'Issenheim.
Ostein entre dans la légende. Des revenants, d'Geischter, y manifestent leur présence :
L'un d'eux est le chasseur nocturne du Wamschturm, l'ancien château de Bergholtz. Il quitte sa demeure, le Grand Ballon, dans son carrosse; passe par l'Oberlinger et via Bergholtz se rend dans les ruines de la colline hantée d'Ostein. Malheur à celui qui, à minuit, croise son chemin et pousse le cri de «Hudada»
Il se réveillera le lendemain matin, vêtu d'une seule chemise de nuit, sur les hauteurs de l'Oberlinger ou du Belcha.
D'autre part une dame blanche hante les ruines, effrayant le passant nocturne. A ce sujet on raconte l'histoire suivante (soi-disant véritable). Cela se passait peu de temps avant la première guerre mondiale. Un commerçant habitant Issenheim revenait fort tard d'une tournée d'affaire à Gundolsheim. Il avait emprunté le raccourci passant devant le «Geischterbargala» comme il était d'usage ces temps-là. Il est minuit quant il arriva à hauteur de la colline. Soudain une dame blanche lui barra le chemin. Transpercé par une froidure intense il voulut fuir. Ses jambes refusaient leur usage et il ne reconnut plus les lieux. Il erra jusqu'à la levée du jour par champs et prés. Ce n'est qu'au petit jour qu'il revint chez lui, se coucha et fut malade pendant quelque temps. Jusqu'à la fin de sa vieil ne s'aventura plus jamais dans ces - paraes.




Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine