Le village en images

  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images

Infos utiles

Mairie d'Issenheim
2 rue de rouffach
Tél 03 89 62 24 30
Fax 03 89 62 24 31

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Index de l'article
La seigneurie d'Issenheim
Les débuts de la guerre de 30 ans
Mazarin, seigneur d'Issenheim
Albert II, Prince Souverain de Monaco, Seigneur d'Issenheim
Le gisant du chevalier de Hus
Droit de péage et de pontenage à Issenheim
Le château seigneurial au 18eme siècle
Toutes les pages

Le gisant du chevalier de Hus

 

Le musée de Colmar expose un gisant, effigie funéraire couchée, qui représente le chevalier Jean Ulrich de HUS d'ISSENHEIM. Cette pierre tombale, une grande dalle de 1,45 m sur 2,80 m, se trouve actuellement dans la chapelle des Unterlinden, à proximité du célèbre retable des Antonins. Il s'agit d'une pièce récupérée au début des années 1920, à Issenheim, où elle était ignorée et soumise aux intempéries. Cette sculpture, taillée dans un grès jaune provenant des carrières deGisant, effigie funéraire couchée, qui représente le chevalier Jean Ulrich de HUS d'ISSENHEIM Rouffach, représente un jeune chevalier, plus grand que nature, les mains jointes, et dont la tête, légèrement inclinée, repose sur son heaume. La partie inférieure du monument est malheureusement endommagée. Des quatre écus, seul le blason familial des HUS est intact, "Porte d'argent fascé de sable."
Ce noble chevalier n'est autre que Jean Ulrich de HUS, seigneur d'Issenheim, mort avant 1342. De son vivant, il fonde avec Dame Adèle, sa seconde épouse, une chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste dans l'église des Antonins. Le 27 juin 1342, le supérieur général de l'ordre, l'abbé Guillaume, autorise son frère, Thierry de HUS, à exécuter la volonté du défunt, à condition que son entretien ne tombe jamais à la charge du couvent. Le 26 décembre 1343, Thierry de HUS, tuteur des enfants mineurs du couple défunt, présente le chapelain perpétuel de la famille.
GRANDIDIER, par ailleurs, cite une pierre tombale d'une autre épouse, née Elisabeth de LANDESPERG, décédée le 14 février 1338. Sa tombe se trouvait en-dessous de celle du chevalier de HUS dans l'église conventuelle d'Issenheim.

 




Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine