Le village en images

  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images

Infos utiles

Mairie d'Issenheim
2 rue de rouffach
Tél 03 89 62 24 30
Fax 03 89 62 24 31

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Index de l'article
La seigneurie d'Issenheim
Les débuts de la guerre de 30 ans
Mazarin, seigneur d'Issenheim
Albert II, Prince Souverain de Monaco, Seigneur d'Issenheim
Le gisant du chevalier de Hus
Droit de péage et de pontenage à Issenheim
Le château seigneurial au 18eme siècle
Toutes les pages

Droit de péage et de pontenage à Issenheim

 

Le dimanche 8 mars 1363, l'empereur Charles accorde à Jean de HUS d'ISSENHEIM, ainsi qu'à ses héritiers, la perception d'un droit de péage à Issenheim. Le tarif est de 4 pfennig bâlois par chariot chargé de marchandises et de 2 pfennig par charrette. Un pfennig est exigé par pièce de gros bétail et par paire de petites bêtes.
A sa mort, ce droit est transmis à son fils Jean ULRICH, investi en 1397 par l'empereur Wenceslas. Le péage d'Issenheim est un fief masculin d'Empire. Ce droit passe en 1430 à la famille de STAUFFENBERG. L'empereur Frédéric III en investit Wersich Bock von STAUFFENBERG par le biais de son épouse née Clara von SULZBACH.
Reinhard de SCHAUENBOURG, gendre de Wersich, cède ce droit à Jean de MORIMONT en 1470. En 1554, il est détenu par Nicolas de HATSTATT. Dernier mâle de la lignée des HATSTATT, il s'associe à Jean TRUCHSESS DE RHEINFELDEN, qui en est simultanément investi par l'empereur Ferdinand en 1559.
Vers 1608, s'élève une contestation entre Jacques TRUCHSESS DE RHEINFELDEN et Jacques SCHNEULIN BERENLOPPE de Bollschweiler, bailli d'Issenheim. L'origine de ce litige, qui dure encore en 1625, repose sur une augmentation, par TRUCHSESS, de plus du tiers des anciens droits de péage. Ce surplus est contesté par la Maison d'Autriche qui décide de se l'arroger provisoirement.
En 1685, Jean François de TRUCHSESS , écuyer Sieur de RHEINFELDEN, loue la maison de péage d'Issenheim avec un jardin attenant à Philippe Jacques WECKERLEN, procureur fiscal de la seigneurie d'Issenheim. Cette location comprend les 2/3 du droit de pontenage. Sa durée est de 12 ans. Au début du 18e siècle ce bail échoit à Joseph BATTARD. A son décès, survenu en 1720, sa veuve a la jouissance du droit de pontenage, de même que celle de la maison de péage, jusqu'à l'expiration du bail.
En 1756, les héritiers de la famille TRUCHSESS DE RHEINFELDEN possèdent encore, à titre de fief du roi, le droit de péage à Issenheim. En 1788, ce droit est partagé entre le seigneur d'Issenheim et le baron de TRUCHSESS DE MUTZIG. Le seigneur perçoit ces droits 4 mois dans l'année et le baron les 8 autres mois, y compris la location de la maison de péage avec cour, grange, écurie, jardin potager et vignes ; terrain lui appartenant en propre.
Il est évident que la Révolution supprimera tous ces droits.




Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine