Le village en images

  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images

Infos utiles

Mairie d'Issenheim
2 rue de rouffach
Tél 03 89 62 24 30
Fax 03 89 62 24 31

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Index de l'article
Le relais de la Poste à Issenheim
Le maître de Poste
Essais infructueux de transfert de la Poste aux lettres de Rouffach à Issenheim
Difficultés du maître de Poste Zimmermann lors de son installation à Issenheim
Prétentions abusives de Zimmermann aux communaux
Conflit avec la communauté sur l'emplacement de la maison de Poste
Création d'un service de messagerie
Le statut fiscal du maître de Poste en 1788
La période révolutionnaire
La démission de Jean-Thiébaut Zimmermann
Les successeurs de Jean-Thiébaut Zimmermann
Toutes les pages

Prétentions abusives de Zimmermann aux communaux

 

Toujours en 1772, ZIMMERMANN se voit refuser (à juste titre) une part dans les prés communaux d'Issenheim. On apprend à cette occasion qu'il ne se fait aucune distribution des communaux entre les bourgeois d'Issenheim. Les prés, champs et autres communaux sont affermés pour l'espace de six ans au plus offrant et dernier enchérisseur. Cette adjudication au profit de la commune date d'une ordonnance du 3 novembre 1766, ratifiée le 8 mars 1767 par l'Intendant de Blair.
«Appolinaire SCHURRER a enchéri les prés communaux de 1767 à 1773 moyennant un canon annuel de 1472 livres. Il a ensuite sous-fermé les fonds entre bourgeois, à l'exclusion des habitants. D'autre part, la communauté n'a qu'un petit bois d'aulnes. Il se fait une distribution de fagots tous les 12 à 15 ans».

Comme ZIMMERMANN n'est à Issenheim que depuis trois ans, il pourra se présenter à la prochaine adjudication si l'Intendant le caractérise en qualité de bourgeois. En effet, le titre de bourgeois d'une ville ou d'un village n'appartenait pas à tous les habitants. Ceux qui n'étaient pas bourgeois de naissance ne pouvaient le devenir qu'en achetant ce titre. Il fallait pour cela prouver que l'on avait les moyens suffisants d'existence. Aucune ville, ni communauté d'habitants ne pouvait admettre de nouveaux bourgeois de naissance, sans le consentement de son Seigneur. Les habitants non bourgeois ou manants ne participaient ni aux élections, ni à la jouissance des bien communaux et étaient généralement tenus de payer à la commune un droit annuel de manance.

 




Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine