Le village en images

  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images
  • La commune d'Issenheim en images

Infos utiles

Mairie d'Issenheim
2 rue de rouffach
Tél 03 89 62 24 30
Fax 03 89 62 24 31

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. ImprimerEnvoyer

Commune d'Issenheim
Espace jeunes



 

puntorosso Service Jeunesse

Responsable
Agnès JAEGGY

Animateurs

Agnès JAEGGY
Brigitte THOMAS
David TAL


 

PROJET EDUCATIF - SERVICE ANIMATION JEUNESSE 

 

PREAMBULE 

 

Le développement d'un territoire implique l'émergence d'un projet global porté par l'ensemble des acteurs locaux : élus, associations, entreprises et habitants. Ce projet trace l'avenir du territoire dans toutes ses composantes : vie économique, sociale, culturelle, associative... Ce territoire est celui que les acteurs locaux "vivent" au quotidien en milieu rural comme en milieu urbain. Il permet de redéfinir une identité collective et de fonder de nouvelles solidarités. Le développement local s'appuie pour cela sur une attitude active, participative et mobilisatrice. En ce sens, il est porteur de citoyenneté et de démocratie locale. Il implique une participation de l'ensemble des acteurs et un partenariat tant au niveau local que dans son articulation avec les autres niveaux de collectivités locales. Le développement local est une démarche de dynamisation que l'on peut définir comme un processus qui s'inscrit dans le temps. Sa nature est fortement immatérielle (animation, médiation, négociation, conseil,...) et collective et les bénéficiaires en sont les acteurs, à savoir l'ensemble des habitants. Historique… La mise en oeuvre d'une politique de la jeunesse à Issenheim est liée historiquement à une initiative du District de la région de Guebwiller, et de l'intervention de l'association de prévention spécialisée APSIS (1999). La municipalité de l'époque a engagé, un autre type de dialogue avec les jeunes en recherchant leur participation à la mise en place d'action les concernant. Au même moment, une association réunissant des parents désireux de voir se développer des activités de loisirs pour les plus jeunes s'est mise en place, ce qui a abouti il a deux ans et demi à l'ouverture d'une structure périscolaire. Le service animation jeunesse est né à la même époque en 1999, avec la création d'un poste d'animatrice jeunes dans le cadre du dispositif "Emplois jeunes". La signature du Contrat Temps Libre, la même année avec la CAF, a permis de développer une politique globale en faveur des loisirs et du temps libre des enfants et des jeunes. La prise en compte au niveau communal de la problématique liée à la famille et à la jeunesse a nécessité un redéploiement des efforts et une diversification des réponses apportées par la collectivité. Il est apparu nécessaire que la commune s'attache à multiplier les possibilités de loisirs, offertes localement aux jeunes, à travers un engagement fort dans le domaine de l'animation pendant les vacances scolaires. C'est pourquoi, le conseil municipal, sur proposition du Maire et en étroite collaboration avec l'association "La Récré" a décidé de mettre en place en 1998 un centre aéré à Issenheim.  Le lancement de cette opération a été facilité par le concours de la Fédération Départementale des MJC du Haut-Rhin. Expérimentée dans ce domaine, elle a été appelée à intervenir dans la commune deux années consécutives (98 et 99). Sa mission était aussi de former localement un noyau d'animateurs avec l'objectif de les voir à terme "prendre le relais", en assumant de manière autonome la responsabilité du centre dans un autre cadre associatif. 1999 est pour la commune une année charnière, en matière de prise en charge des problèmes liés à la jeunesse, par la création du service animation jeunesse, la signature du Contrat Temps libre et du Contrat Enfance, la création du Conseil municipal de la jeunesse, le développement des CLSH, petites et grandes vacances… La commune, la FDMJC-68, l'Association APSIS, la CAF, la DDJS sont autant de partenaires qui apportent un soutien pédagogique technique ou financier dans le développement d'actions en faveur des jeunes de la commune…. Aujourd'hui… L’ouverture de l'Espace jeunes constitue le point d’ancrage des différentes possibilités de loisirs et d’informations offertes durant le temps libre. Il représente un troisième pôle dans la vie de l’enfant ou du jeune aux côtés de l’école et de la famille. Il est avant tout un lieu d’accueil et de vie sur lequel se greffent différentes initiatives, entre autre l'ouverture d’un Point Information Jeunesse, du local danse, les animations socioculturelles… Le temps libre ne peut plus, aujourd’hui être considéré comme un temps résiduel, mais bien comme un temps en soi.

Dans ce cadre, deux missions distinctes et complémentaires peuvent être confiées à ce local :

  • Une mission d’accueil. Ce lieu doit devenir un lieu de référence, un lieu repère, un lieu de convivialité, un lieu de vie et de pratique sociales. Cet espace de proximité est ouvert à tous les jeunes, que ceux-ci soient confrontés ou non à un besoin social (prise en charge (CLSH), recherche d’emploi ...).
  • Une mission éducative.

En effet pour assurer sa mission d’accueil, d’information et d’orientation, l'Espace jeunes doit être un lieu éducatif connu et reconnu, un lieu ressource où se trouvent rassemblées les informations nécessaires parmi lesquelles le jeune peut choisir son itinéraire et gérer librement son temps libre. Ce local, au coeur du temps libre, doit être un espace d’apprentissage de l’autonomie, de la responsabilité, de la vie collective, conditions nécessaires à l’exercice de la citoyenneté. Avec le transfert du service animation jeunesse de la mairie au local jeunes, toutes les conditions paraissent être réunies pour gérer au mieux les actions de loisirs et temps libres.  D’autre part, il nous faut continuer à innover et tenir compte des réalités qui nous entourent. En effet, la mobilité des jeunes au sein de notre bassin de vie en est une. Une approche globale paraît en ce sens pertinente complémentairement aux liens tissés localement. Elle doit aussi favoriser la recherche de synergie entre les ressources existantes, la mise en commun des idées et des moyens pour ainsi tenter de faire ensemble ce qu’il est difficile voire impossible de faire seul. C’est dans cet esprit que la commune d’Issenheim est très attentive aux réflexions en cours concernant la mise en place d’un pôle jeunesse au sein de la communauté de communes. C’est aussi dans le même esprit que depuis la rentrée 2003, les enfants des communes d’Orschwihr et Bergholtz-Zell fréquentent l’accueil périscolaire d’Issenheim et bénéficient d’un transport assuré par les deux communes. Cette initiative ouvre aujourd’hui la porte à d’autres actions intercommunales en faveur des jeunes et en particulier des adolescents. La signature du CTL permettra d’une part de mettre en avant les actions communes à Issenheim, Orschwihr et Bergholtz-Zell et d’un autre côté les actions spécifiques et propres à la commune d’Issenheim. Même s’il nous faudra quelques temps pour faire davantage connaissance, nous saurons, nous en sommes sûrs, enrichir ainsi nos projets par cette démarche conjointe.  

 

PROJET MUNICIPAL D'ANIMATION JEUNESSE  

 

Le projet s'inscrit dans un contexte : Les trois niveaux d’intervention politique – éducatif – pédagogique doivent être présents et s’articuler de manière cohérente. Le projet éducatif est de la responsabilité des organisateurs et doit être au minimum connu et validé par les élus locaux. Le projet pédagogique doit être conçu par l’équipe d’encadrement. Il convient de prendre en considération le bassin de vie des jeunes. Une complémentarité doit s’établir entre les actions de proximité et celles qui sont menées sur le territoire élargi. (approche intercommunale) La relation aux adultes : Les actions ne doivent pas avoir pour effet de séparer les jeunes des adultes, elles doivent contribuer à bâtir des relations entre générations. Dans le rapport que l’équipe éducative (animateurs et adultes responsables du projet éducatif) instaure avec les jeunes, il importe de prendre en compte la place des parents et de ne pas se substituer à eux. Il est nécessaire d’entretenir une relation régulière avec eux. Les propositions d’animation doivent prendre en considération ce que les jeunes sont en mesure d’assumer, ainsi que ce qu’autorisent les parents. Dans ce domaine, la négociation avec les familles est nécessaire. 

Les besoins des préadolescent(e)s et adolescent(e)s :

Les besoins des jeunes dans leurs temps libres ne se réduisent pas à la seule demande d’activités mais renvoient à un ensemble de questions relatives à leur relation à la vie sociale et à leur territoire de vie.

  • Le besoin de connaître son environnement : les jeunes ont besoin de connaître leur environnement pour le maîtriser et accéder à l'autonomie. Les projets de jeunes peuvent être les vecteurs de cette connaissance et permettre un investissement de l'environnement : pratique d’ouverture et d’échange entre structures, utilisation des moyens de transport, accès aux sources de l’information dont Internet…
  • Le besoin de relation entre les jeunes et le temps libre peu ou pas structuré : Au-delà des activités, le besoin de temps non structuré permettant la relation entre jeunes est importante : il est nécessaire de prévoir des temps, de créer des espaces pour permettre aux jeunes d'établir des contacts, de vivre des moments de convivialité. Les animateurs sont garants de l'existence de ces temps et espaces ainsi que de la sécurité des jeunes. Le public féminin doit trouver sa place dans la démarche. Pour ce faire, des activités adaptées doivent leur être proposées.
  • Le besoin d’une relation et d’une confrontation avec les adultes Les préadolescents : Ils sont en attente de propositions construites. Ils manifestent également un besoin d'encadrement et recherchent la proximité des adultes. Les adolescents : les animateurs, en tant que référents adultes, ont à valoriser et reconnaître les jeunes dans leurs actions. Ils sont également ceux auxquels les adolescent(e)s peuvent se confronter.
  • Le besoin de s’impliquer et d’être accompagnés dans les projets : la mise en place des conditions qui permettront aux jeunes d’être associés au projet et à sa mise en oeuvre doit être prévue. L’implication sera progressive en fonction des tranches d’âge, ce qui nécessite : la création d’espaces d’expression, d’écoute, de négociation et de validation, l’utilisation de contrats qui permettent l’engagement progressif des uns et des autres. Les préadolescents : la représentation que les préadolescents ont de leur statut de «grands » doit être prise en considération par la mise en place de réponses particulières. Les jeunes de cette tranche d’âge se motivent sur des propositions relativement courtes. Cependant, il faut veiller à ne pas s’enfermer dans une logique de consommation. Les adolescents : ils manifestent un besoin plus important d’implication. Ils peuvent trouver des réponses à plusieurs niveaux : l’élaboration et la mise en oeuvre de projets de  loisirs, la prise en charge du fonctionnement d’un local, la participation à des actions sociales, citoyennes… au niveau local, voire sur une échelle plus vaste. Pour s’impliquer, les adolescents ont besoin d’être accompagnés. Dans cette fonction, les animateurs aident à mettre en place les actions sans se substituer aux jeunes qui doivent demeurer acteurs.
  • Le besoin de découvrir et d’apprendre . Les animations doivent créer un champ de possibilités et susciter des envies. Elles ne peuvent par conséquent se résumer à un programme d'activités ou à des projets centrés sur des thèmes spécialisés. Pour permettre les apprentissages, la démarche éducative doit être progressive et continue. Les périodes prises en compte : Le projet doit garantir la continuité des actions envers les jeunes, y compris pendant les vacances. L’animation doit prioritairement intervenir sur les temps libres choisis. Elle n’a pas vocation à occuper tout le temps libre. En tout état de cause, les temps d'accueil et d'activité doivent respecter un équilibre dans le rythme de vie des jeunes. L'animation, au travers des temps pris en compte, ne doit pas se substituer au rôle des parents. Elle ne doit pas non plus recouvrir les temps consacrés à d'autres acteurs du champ éducatif (enseignants, parents…).  

 

LES PERSPECTIVES

 

 Les objectifs premiers sont :

  • La prise en compte de la diversité du public et de ses demandes ;
  • Une tarification, lorsqu’elle est nécessaire, favorisant l’accès au plus grand nombre ;
  • Le développement de l’autonomie, la responsabilité et la capacité d’initiative des jeunes ;
  • La valorisation des jeunes et leur reconnaissance comme des acteurs de la vie sociale ;
  • La mise en place d’actions culturelles et sportives à travers une programmation “ jeunes” ;
  • Le développement et l’intégration des enfants atteints de troubles de la santé ou de handicap dans des activités intéressant des mineurs valides ;
  • La participation de tous à la vie associative et à la vie de la commune ;
  • L’amélioration de la qualité, de la quantité et de la diversité des actions existantes, à travers notamment un partenariat réel et une coordination poussée ;
  • Apporter une attention toute particulière à la qualité de la formation du personnel encadrant. Toute activité proposée aux enfants et adolescents doit donc prioritairement :
  • Favoriser la socialisation et développer la citoyenneté ;
  • Donner les moyens de connaissance de l’environnement et d’ouverture à l’autre (connaissance de l’autre, de ses différences, échanges) ;
  • Permettre la compréhension et apprentissage des règles (droits et devoirs) et de la vie en commun ;
  • Faire en sorte que le tissu social soit accueillant et rassurant pour tous ;
  • Respecter du rythme et des besoins de chaque enfant ;
  • Permettre l’accès au jeu, aux activités de loisirs, éveil au monde qui l’entoure ; aux pratiques culturelles et artistiques, aux activités physiques et sportives ; aux nouvelles technologies, aux activités scientifiques et techniques, manuelles…
  • Aider les enfants dans leur choix pour qu’ils deviennent capables de s’investir réellement dans les activités qui conviennent le mieux à leur personnalité, lutter contre le « zapping » d’activités qui ne permet pas une réelle continuité éducative. Apporter aide et soutien aux parents et plus généralement aux familles :
  • Créer de la convivialité dans tous les lieux où les enfants sont accueillis pour que les parents se sentent autorisés à entrer et à s’exprimer,
  • Faire en sorte que les professionnels encadrant les enfants pendant les activités sachent accueillir les parents et autres les membres des familles des enfants dont ils ont la charge en leur reconnaissant une véritable place à leurs côtés, en les acceptant dans leurs différences, en les aidant dans leurs responsabilités envers leurs enfants,  Favoriser la diffusion de l’information concernant les services susceptibles d’apporter aide et soutien, Les moyens :
  • Un partenariat étroit avec l’association « La Récré »
  • Des locaux adaptés et différenciés selon les tranches d’âges
  • Des professionnels qualifiés
  • Un budget d’activité, une régie d’avance et de recette
  • Des modalités tarifaires
  • Des horaires d’ouverture adaptés aux besoins des jeunes et des familles
  • Un règlement intérieur défini avec les usagers
  • Des modalités de communication avec les usagers définies
  • Une recherche constante du partenariat avec les usagers
  • Des temps de communication et de préparation réguliers pour les équipes
  • Une formation continue pour les professionnels
  • Des modalités d’évaluation repérées  

 

CONCLUSION GENERALE  

 

A travers l'animation, et particulièrement avec l'ouverture de l’Espace Jeunes il est proposé à une population de s'enraciner dans son territoire et de devenir acteur de la vie sociale locale. Cette volonté municipale doit viser prioritairement l'enfance et la jeunesse et s'ancrer dans un partenariat ouvert aux parents, associations, établissements scolaires ... ainsi qu'aux institutions.


 

 pic_pdf  Télécharger le Projet Educatif en version PDF


Partager sur Facebook    Twitter  Google bookmarks  slashdot  del.icio.us  technorati  digg  Furl  YahooMyWeb  Reddit  Blinklist  Fark  Simpy  Spurl  NewsVine